KEKSOn a fait à KEKSO ?

Saluton! Hallo!

Début juin de cette année, je suis allé à Oldenbourg dans le nord ouest de l’Allemagne afin de prendre part à KEKSO, organisé par l’association des jeunes espérantistes d’Allemagne (GEJ).
KEKSO est une de ces nombreuses petites rencontres entre jeunes espérantistes et simples curieux afin de connaître d’autres locuteurs et de découvrir le monde de l’espéranto. Pendant trois jours, j’ai pris part à de nombreuses activités, dont certaines organisées en collaboration avec l’association espérantiste d’Allemagne (GEA).
Vivant en ce moment à Rotterdam au Pays-Bas où j’effectue une partie de mon volontariat au sein de TEJO, j’ai donc pris le train pour y aller grâce entre autres au ticket à 9 euros proposé par les chemins de fer allemands (parfait pour voyager à petit budget et écologiquement).
Je suis donc arrivé le soir du 3 juin et j’ai trouvé dans une salle une vingtaine d’autres jeunes ayant tous trois choses en commun: Ils étaient allemands, espérantistes débutants ou confirmés et ils avaient tous ramené des gâteaux.

C’est qu’il est important de préciser qu’une des particularités de cet événement réside dans son nom. Les gâteaux sont après l’Espéranto le thème principal. La consigne a donc été d’apporter des gâteaux afin de les partager avec du thé les soirs (et très rapidement cette règle fut abandonnée et nous avons consommer du sucre de 8h à 22h pendant trois jours).

Nous avons passé la soirée à faire connaissance et j’ai ainsi eu l’occasion d’avoir un premier aperçu de la culture allemande. Après un dodo bien mérité, réveil à 8h le lendemain pour le petit déjeuner.

Après la collation, trois petits groupes se sont formés. Le premier tâchait de mettre à jour un texte ancien en espéranto. Je trouvais ça intéressant mais compliqué. Le deuxième participait à un cours d’initiation à la langue,  je trouvais ça simple mais pas très intéressant. Le troisième avait fait le choix de l’aventure et de la découverte de la ville hôte. Le ratio difficulté/intérêt me semblait bon et j’ai donc pris part à ce défi.Oldenbourg-en-Oldenbourg de son nom complet et un peu cocasse est une très charmante ville universitaire en plein cœur du land de Basse-Saxe. Ayant l’image un peu stéréotypée du milieu urbain germanique, consistant de bâtiments gris et certifiés post 1945, je fus agréablement surpris de la beauté du lieu et en particulier de son église toute de brique construite, comme l’ensemble de Toulouse. c’est peut être que ce coté “ca me rappelle chez moi” qui a grandement joué dans mon jugement positif.

La fin de l’après-midi fut consacrée au moment le plus marquant de la rencontre. Le congrès des esperantistes allemands organisaient un concert de musique en espéranto. J’ai été particulièrement heureux d’avoir découvert Ralph Glomp ainsi que sa reprise de Dancing Queen de ABBA. Le groupe de musique suivant, Kajto chantant des musiques douces avec un grande variété d’instruments a été sincèrement agréable à écouter.

Le lendemain matin, activité créatrice. Nous avons dessiné des illustrations sur des t-shirts. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’exprimer mon sens artistique donc voici la photo du meilleur t-shirt créé :

Nous avons ensuite pris part aux conférences portant sur différents thèmes, dont celui du programme des volontariats. Celui-ci étant organisé en partenariat avec Erasmus+. Avec Andries et Francesco, j’ai présenté mon expérience de volontaire au sein de EKC et de TEJO. Le public, composé en majorité de personnes participant déjà au projet, était conquis.

Le soir, activité cinéma. Nous avons regardé l’intégralité des court-métrages ayant été en compétition à l’occasion de l’American Good Film Festival, dont nous avions parlé dans Esperanto Magazino il y a quelques mois. La grande diversité de qualité entre les films était un peu déconcertante. En l’espace de cinq minutes, on passait de magnifiques plans de la campagne est-africaine à une animation Ms Paint. L’expérience fut néanmoins bénéfique et nous avons tous bien ri. #Voulez-vous danser ?

Derniers gâteaux avant la crise la crise de diabète et nous avons rejoint pour la dernière fois nos lits. (très confortables)

Le lendemain matin, nous avons fait nos adieux déchirants, j’ai failli détruire ; dans l’émotion une lampe avec ma tête sans faire exprès. Heureusement, les Allemands fabriquent du mobilier très solide.

Profitant encore une fois du billet à 9 euros, j’en ai profité pour faire un petit détour en rentrant par Brême, la ville des animaux musiciens. J’ai été très impressionné par une bouche d’égout qui produit le son d’un âne lorsque le l’on introduit une pièce de monnaie.

C’est ainsi que c’est conclu mon expérience à KEKSO, mais ma mélancolie fut un peu apaisée par le souvenir du concert de Ralph Glomp.

Ĝis la revido !

Print Friendly, PDF & Email

3 comments

  1. Saluton,
    J’aurais aimé connaître le nom de l’auteur de ce témoignage émouvant. De plus, je souhaiterais le faire paraître dans la revue Espéranto-info. Pourrions-nous en avoir l’autorisation ?
    Amike
    Céline

  2. Saluton !
    Je suis l’auteur, bien sur, aucun soucis pour le faire paraître 🙂

  3. Dankon Leonardo, mi sendas la enpaĝigo al “Centre Culturel Esperanto”.
    Merci Leonado, j’envoie la mise en page au “Centre Culturel Esperanto”.
    Je te souhaite tout plein de belles autres expériences en espérantie (le pays de l’espéranto – là où se réunissent des espérantophones).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.