L’occitan, entre prestige, honte et résistances…

L’occitan est parfois encore considéré, à tort, comme un patois, une langue simple, pas très utile. Elle est en faite parlée et comprise, avec de nombreuses variantes, dans plusieurs dizaines de départements de France, ainsi que dans plusieurs vallées du Piémont en Italie, et aussi dans le val d’Aran en Espagne. Cette langue est née lors de la chute de l’empire romain et durant les “invasions barbares”, qui aboutissent a la transformation du latin en un certain nombre de parlers nouveaux, dont l’occitan. Elle est connue dans le monde entier grâce aux troubadours dont les poèmes mis en musiques ont inspiré toute la littérature du moyen âge.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capitòli-1.png.


L’occitan, ou les occitans, puisqu’il en existe différents dialectes , fut dès le moyen Âge, une langue administrative et juridique concurrente du latin. Par la suite, le Français va s’imposer comme langue officielle, et petit à petit, va occuper les fonctions hautes, c’est à dire, administratives. Tandis que l’occitan va continuer d’être utilisé dans la vie quotidienne et plus ou moins selon les époques, dans la littérature, la musique, le théâtre. Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature pour son oeuvre en occitan en 1904 en est un des principaux ambassadeurs et un exemple remarquable du potentiel créatif de cette langue.

Le français va aussi être la langue de l’école de la 3ème république, avant de s’imposer peu à peu sur tous les terrains sociaux. Ce processus de substitution linguistique va prendre beaucoup de temps, car la population, parle majoritairement d’autres langues que le français comme l’occitan dans la sud de la France, mais aussi le breton en Bretagne, l’alsacien, le corse, les langues d’oïl etc… Et cette partie de la population continuera longtemps de parler ces langues à la maison et à les transmettre à leurs enfants. Mais les “patois” sont mal considérés, méprisés, interdits dans les cours de récréation où l’on rend les enfants honteux de leur langue maternelle.

Dans les familles, la transmission de la langue s’arrête petit à petit entre la fin du 19e et le milieu du 20e siècle en fonction des régions ou des classes sociales. La langue Française étant la seule langue officielle de la république, l’occitan aujourd’hui n’a pas de statut officiel. Cependant l’article 75-1 de la Constitution reconnait que « Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France ».  Il est enseigné toutefois à l’école depuis 1951, en option, dans des écoles bilingues ou immersives qui, malgré les difficultés, rencontrent un relatif succès. Par exemple, les calandrettes, créés vers la fin des années 70 proposent un enseignement totalement en occitan. 
 Il n’existe pas de données statistiques valables à l’échelle nationale qui permettent réellement de connaître les compétences des Français en occitan, celles-ci pouvant aller d’une simple compréhension passive à un usage solide, tant à l’oral qu’à l’écrit.  Quant au nombre de locuteurs, les diverses estimations avancent des chiffres qui oscillent entre quelques centaines de milliers de personnes et plusieurs millions, la majorité ayant plus de 60 ans. On peut tout de même affirmer que si le nombre global de locuteurs et locutrices  diminue, le nombre de néo-locuteurs (ceux et celles dont l’occitan n’est pas la langue maternelle) augmente. L’UNESCO classe encore l’occitan comme une langue en danger de disparition.

One comment

  1. Esperantistoj povas senpage lerni la okcitanan sur la pagho Face Book : NI LERNAS LA OKCITANAN.
    La metodo estas vidi po unu frazo tage.

Comments are closed.