Rencontre du projet Erasmus + « Reta Edukado Nun » à Toulouse

La saison des rencontres Erasmus+ a repris, et SemEo – la Semaine de l’Espéranto – a été l’occasion parfaite pour accueillir à Toulouse deux rencontres de projets européens dans lesquels notre Centre Culturel Espéranto est engagé. Pour ouvrir les festivités de SemEo, les membres de 5 organisations européennes se sont donc réunis du 10 au 14 mars 2022 pour travailler ensemble dans le cadre du projet Reta Edukado Nun (« L’éducation en ligne maintenant » en français). 

Le projet REN en quelques lignes

La Bunta Esperanto-Asocio (Italie), le Dokumenta Esperanto-Centro (Croatie), Kosmo-Strategio (Grande-Bretagne) et notre Esperanto-Kultur-Centro (France) sont donc partenaires dans ce projet coordonné par la Bjalistoka Esperanto-Societo (Pologne). Ses objectifs sont l’échange de savoirs, de bonnes pratiques et d’expériences en ce qui concerne la formation et l’éducation en ligne non formelle, dans le but de créer un contenu et des outils qui seraient accessibles par d’autres organisations ou individus. 

La rencontre d’août 2021 à Đurđevac (Croatie) avait notamment eu pour thème l’archivage, la numérisation et mise en ligne de documents et leur conservation. En décembre 2021, le droit d’auteur ou le cadre légal de la presse avaient été abordés à Białystok (Pologne). À Toulouse, les activités ont été organisées autour du thème des « compétences numériques ».

Objectif de la rencontre : des ateliers interactifs sur Zoom 

La première journée de travail a été introduite par une présentation plutôt théorique du thème par Christophe Chazarein-Béa, qui a par exemple expliqué la différence entre compétence et capacité avant de mêler ces définitions au secteur du numérique, en nous présentant les différents cadres de référence existants. Nous avons toutes et tous eu l’occasion d’auto-évoluer nos compétences numériques dans plusieurs domaines (éducation à l’information et aux données ; communication et collaboration ; création de contenus numériques ; sécurité ; résolution de problèmes). Les résultats ont parfois été surprenants pour certain·e·s !

Foto: Nina Pietuchowska

La partie pratique est vite arrivée puisque dès l’après-midi, nous avons formé des groupes, puis sous la direction de Szabolcs Szilva, nous avons réfléchi à des thèmes autour desquels nous pourrions préparer des petits ateliers en ligne et ouverts à toutes et à tous (les détails concernant les différents ateliers avaient été ajoutés à Eventa Servo). Parmi la multitude des thèmes proposés (les différentes plateformes de communication ; comment évaluer ses compétences numériques ; l’enseignement en ligne…), nous avons finalement choisi de traiter les programmes libres, les règles à respecter pendant les réunions en ligne, les différents outils pour le partage de contenu, et comment bien télécharger et mettre à disposition des images sur Internet. 

Après quelques heures de préparation, la session du samedi après-midi a donc été consacrée à ces ateliers en ligne. Peu de personnes extérieures au projet se sont finalement connectées, mais chaque groupe a quand même eu l’occasion de présenter son travail au reste des membres qui s’est volontiers prêté au jeu, puisque les ateliers devaient être interactifs et proposer une participation active de la part des participant·e·s. 

Foto: Nina Pietuchowska

Au final, nous nous sommes mis·e·s d’accord pendant la réunion bilan sur le fait que malgré le peu de temps que nous avons eu pour préparer ces ateliers dont les thèmes étaient parfois assez complexes, ces sessions de travail et la conduite de ces ateliers nous ont permis de perfectionner nos acquis et de développer de nouveaux savoirs. Et d’ailleurs, pour celles et ceux qui voudraient également découvrir de nouveaux outils, l’intégralité des ateliers a été enregistrée et est disponible sur la chaîne YouTube de BES, la Bjalistoka Esperanto-Societo. 

Un cadre parfois un peu plus informel

La rencontre s’étant déroulée pendant SemEo, nos invité·e·s ont pu profiter d’une atmosphère un peu plus détendue en participant à des événements ouverts aux autres espérantistes et au grand public : un concert en occitan à La Topina, une soirée poésie (où chacun·e était invité·e à lire une poésie en espéranto ou dans sa langue maternelle), une soirée jeux, ou la traditionnelle visite du centre de Toulouse ont donc permis à tout le monde de faire connaissance ou de prendre des nouvelles. 

Le dernier jour, nous avons visité avec quelques participantes n’étant pas encore parties le Centre Culturel Bellegarde, qui propose des activités multimédias, et des formations techniques aux arts numériques, des spécificités en lien avec le thème de notre projet. 

Foto: Nina Pietuchowska

La prochaine rencontre aura lieu très bientôt, en Italie (dans le cadre du Festival International de la Jeunesse) où nous aborderons le thème des présentations et formations hybrides, c’est-à-dire à la fois en ligne et en présentiel, puisqu’aura lieu en même temps la rencontre du projet « Formation de Formateur·ice·s ».

À lire, voir, ou écouter aussi… :

L’intégralité des ateliers se trouve dans une playlist sur la chaîne YouTube de la Bjalistoka Esperanto-Societo.
Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.